Maroc : Oui à l’indignation, non à l’instrumentalisation