TERRORISME: CONTRÔLES RENFORCÉS AUX FRONTIÈRES AVEC L'ALGÉRIE

Les contrôles aux frontières maroco-algériennes ont été multipliés depuis qu'un individu proche de Daech et en provenance de Libye a été arrêté. Les autorités veulent éviter que des éléments terroristes puissent s’infiltrer dans le royaume pour y commettre des attentats.


Les services de sécurité marocains ont décidé de doubler de vigilance sur la zone frontalière entre le Maroc et l’Algérie. Selon le quotidien Al Massae, qui rapporte cette information dans son édition des 7 et 8 mai, les autorités ont multiplié les contrôles dans cette zone, après qu’un membre de Daech a pu traverser tranquillement la frontière avant de se faire arrêter côté marocain. En parrallèle, le mur de sécurité que le Maroc est en train de construire le long de cette frontière va permettre d'éviter l’infiltration des terroristes, grâce à une technologie de surveillance avancée.


Par ailleurs, et selon des informations que le journal a pu recueillir auprès des services de sécurité, plusieurs individus recherchés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ont pu s’échapper à travers ces frontières pour aller combattre en Libye.

La crainte de voir ces terroristes, une fois entraînés aux différentes techniques de combat et à l’utilisation d’explosifs, tenter de traverser à nouveau ces frontières, dans le sens opposé, est prise au sérieux.

Pour rappel, cette levée de niveau de vigilance sur cette zone frontalière intervient après l’arrestation à Saïdia d’un Marocain lié à l'organisation Etat islamique alors qu'il cherchait à gagner le territoire marocain depuis l'Algérie. Le mis en cause avait quitté illégalement le Maroc il y a six mois pour rejoindre la branche de Daech en Libye, rapporte le journal.

Originaire de Sidi Bennour, il était recherché depuis qu’il a quitté le Maroc en compagnie d'autres membres de Daech qui étaient en relation avec la cellule terroriste démantelée le 24 mars dernier à Sidi Bennour.

Selon le journal, l'enquête menée par le BCIJ a permis l'arrestation, mardi 3 mai, d'un autre homme qui a tenté de rejoindre la branche de l'organisation terroriste en Libye avant d'essayer de regagner le royaume via les frontières maroco-algériennes.

Les deux suspects seront présentés à la justice dès la fin de l'enquête qui se déroule sous la supervision du Parquet général près le Cour d’appel de Salé.


Par Amyne Asmlal