Après les crimes de sang, Ksentini veut amnistier la corruption